fbpx

Aurélie Wellenstein : Mers mortes

« Si la science-fiction se charge de la catastrophe, le fantastique esquisse une solution. »

Oural est à la frontière entre le spectral et le réel. Il est l’exorciste d’une petite communauté retranchée dans un bastion. Après que l’humanité a détruit notre écosystème, asséché les océans et anéanti les animaux, les survivants se sont regroupés dans des enclaves et tiennent péniblement. Mais la principale menace est ailleurs. Les animaux marins reviennent d’entre les morts sous la forme de marées constituées par des hordes de fantômes. Squales, bancs de poissons, méduses, pieuvres avides de vengeance s’abattent régulièrement sur les rescapés pour s’emparer de leurs âmes. Seuls des individus particuliers, les exorcistes, peuvent empêcher la marée de tuer. Ils créent des boucliers qui repoussent les nuées. Ce don précieux fait d’Oural un être à part. Il est protégé par sa communauté et vit dans un relatif confort. Mais quand un impressionnant navire pirate volant surgit et le kidnappe à la faveur d’une marée, son existence est bouleversée. Le capitaine, Bengale, capture des exorcistes pour protéger son équipage et son bateau. Il navigue en affrontant les spectres et parcourt un monde qu’il croit pouvoir réparer.

Situé à l’intersection de la science-fiction et du fantastique, Mers mortes, d’Aurélie Wellenstein,  paru en 2019 chez Scrinéo, présente, au propre comme au figuré, un paysage désolant. Notre planète est crevassée, les mers ont quasiment disparu et les animaux ne subsistent que sous la forme de créatures voraces et vindicatives. La responsabilité pleine et exclusive de notre espèce dans ce désastre est explicitement soulignée. Celle-ci a consacré ce qui lui restait d’énergie à incriminer des boucs émissaires politiques afin de pouvoir continuer à détruire. L’humanité a fait ce qu’elle a condamné et condamné ce qu’elle a fait. Le résultat ne serait pas sans rappeler La Mort de la terre de J.-H. Rosny Aîné si l’élément fantastique ne venait pas donner espoir et souffle à l’ensemble. Paradoxalement, la présence des spectres transforme l’évidence écologique en énigme et confère au récit une possibilité de victoire. Si la science-fiction se charge de la catastrophe, le fantastique esquisse une solution. Le bateau pirate chemine car son existence implique que tout est possible.

Cette répartition des tâches est complétée par une autre, car la tonalité du roman se situe à la limite de la littérature de jeunesse. Le monde écrase les personnages mais leur simplicité les protège de sa toxicité. L’air est empoisonné et les leçons de la vie sont amères mais elles ne sont jamais perverses. Il y a quelque chose de candide dans les frustrations du personnage principal, qui ne sait pas s’il doit aimer ou haïr. Cette candeur est aussi celle d’un roman d’apprentissage. La relation intime et joueuse qui le lie au fantôme d’un dauphin remémore, à travers la persistance des jeux de l’enfance, que la solution sera magique ou ne sera pas. L’espoir subsiste par un dédoublement et une ambiguïté. L’autre monde, celui des morts, est parmi nous, mais que peut-il vraiment ?

L’histoire de ce roman nous rappelle la nôtre et les récits magiques que nous nous donnons pour demander au bourreau cinq minutes de plus, les cinq dernières. Les animaux marins ne reviennent pas nous hanter, sinon dans les romans. Aucun capitaine hargneux et attachant ne combat la fatalité, car elle n’a aucun visage, pas même celui, éthéré, d’un fantôme. Nos émotions nous offrent la saveur de la vie mais elles ne nous aident pas toujours à comprendre. Parfois, elles nous permettent de continuer à polluer. Les récits sont là pour nous le rappeler.

Auteur/autrice : Fakh

Master en byzantinologie, porteur du syndrome dit "d'Asperger".

N'hésitez pas à laisser un commentaire (surtout) critique :

%d blogueurs aiment cette page :